Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Vaccin : l’Office national de la statistique confirme l’augmentation des décès d’adolescents en Grande-Bretagne

Vaccin : l’Office national de la statistique confirme l’augmentation des décès d’adolescents en Grande-Bretagne

À la Haute Cour, jeudi 13 janvier, l’ONS (Office national de la statistique) a confirmé qu’il y a eu une augmentation significative du taux de mortalité des adolescents de sexe masculin au cours des huit derniers mois, par rapport à la même période de 2015-2019. Le message actuel du gouvernement britannique aux enfants reste « Faites-vous vacciner ». Avant, c’était « Chaque vie compte ». Si la probabilité d’un lien de causalité était établie entre l’augmentation des décès et les vaccins Covid-19, ce serait une affaire des plus sérieuses. La mort d’un seul enfant à cause d’un vaccin serait une tragédie.


80 scientifiques demandent une enquête

Une lettre ouverte adressée à Sajid Javid (secrétaire d’État à la Santé), Chris Whitty (conseiller médical du gouvernement), Patrick Vallance (conseiller scientifique du gouvernement) et aux organismes de santé publique concernés a été signée par plus de 80 scientifiques et professionnels de la santé, demandant une enquête urgente et une réponse dans les sept jours.

Une enquête est de la plus haute urgence.

Entre le 1er mai et le 24 décembre 2021, on a enregistré, en Angleterre et au Pays de Galles, 65 décès de plus que la moyenne de 2015 à 2019. L’ONS estime qu’en raison des retards dans l’enregistrement, les décès enregistrés ne représentent en moyenne que 62 % des décès réellement survenus. Au cours de la même période, il n’y a eu que 2 décès impliquant le Covid.

Vacciner ce groupe d’âge présente un risque accru de myocardite (inflammation cardiaque), surtout après la deuxième dose. Le JCVI (Comité mixte de la vaccination et de l’immunisation) a déclaré : « La marge de bénéfice, basée principalement sur une perspective de santé, est considérée comme trop faible pour soutenir un conseil sur un programme universel de vaccination des enfants de 12 à 15 ans, par ailleurs en bonne santé, à l’heure actuelle. »

Aucune enquête malgré des statistiques alarmantes

Loin de se précipiter pour enquêter sur ces décès dès qu’ils se produisent, l’ONS a déclaré qu’ils avaient l’intention d’entreprendre ce travail « lorsque des données plus fiables seront disponibles ».

Les quatre médecins en chef d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Écosse et d’Irlande du Nord ont justifié les vaccins Covid-19 par la réduction des absences scolaires. Quelques jours d’absence pour des symptômes légers de type rhume ne peut justifier l’administration des vaccinations dont les effets à long terme sont inconnus.

Le JCVI a conseillé d’administrer une seconde dose aux 16-17 ans, sans inclure de déclaration expresse indiquant qu’il considérait que les avantages du vaccin Covid-19 l’emportaient sur les risques dans ce groupe d’âge.

Les données sur les décès dus à la vaccination restent secrètes

Il est extrêmement inquiétant que les données concernant les décès consécutifs à la vaccination Covid-19 ne semblent pas avoir été collectées et analysées ou, si elles l’ont été, qu’il ait été décidé de ne pas les publier. Malheureusement, l’impression donnée n’est pas celle de la transparence, mais plutôt celle de la dissimulation de l’information. L’impact à long terme sur la confiance dans les représentants élus et dans les organismes de réglementation qui les conseillent ne peut être sous-estimé.

Traduction de la lettre ouverte en date du 19 janvier 2022

À :

  • Dr June Raine, directrice générale, MHRA
  • Professeur Lim, président, sous-comité JCVI COVID-19
  • Hon Sajid Javid, secrétaire d’État à la Santé et aux Affaires sociales
  • Professeur Sir Chris Whitty, médecin-chef pour l’Angleterre
  • Sir Patrick Vallance, conseiller scientifique en chef du gouvernement
  • Dr Jenny Harries OBE, directrice générale, UKHSA

Cher Dr Raine, Professeur Lim, M. Javid, Professeur Whitty, Sir Patrick Vallance et Dr Harries,

URGENT

RE: Signaux que les vaccins Covid-19 peuvent avoir causé la mort d’enfants et de jeunes adultes 

Nous vous écrivons pour exiger une enquête immédiate et urgente afin de déterminer si les vaccins Covid-19 sont la cause d’un nombre important de décès observés récemment chez les enfants de sexe masculin et les jeunes adultes.

Nous demandons également que les données anonymisées et les informations connues pour être disponibles, montrant combien d’enfants sont morts suite à un vaccin Covid-19 et dans combien de jours, soient publiées pour une transparence totale, dans l’intérêt public.

Le jeudi 13 janvier 2022, lors d’une audience devant la Haute Cour 1] à Londres, des preuves ont été présentées montrant une augmentation significative du nombre de décès de jeunes hommes suite au déploiement des vaccinations Covid-19 par rapport aux cinq années précédentes. moyenne entre 2015 et 2019. Il est important d’examiner les décès masculins séparément, étant donné ce que l’on sait des risques plus élevés de myocardite chez les jeunes hommes.

Entre le 1er mai et le 24 décembre 2021, il y a eu

  • 402 décès enregistrés chez les hommes de 15 à 19 ans, 65 de plus que la moyenne quinquennale de 337 ;
  • en revanche, 163 décès enregistrés chez les femmes, 12 de moins que la moyenne quinquennale de 175 ; et
  • en combinant ceux-ci, 565 décès d’hommes et de femmes ont été enregistrés au total, 53 de plus que prévu.
  • L’Office for National Statistics a accepté que l’augmentation des décès de jeunes hommes est une augmentation statistiquement significative, le taux de mortalité se situant en dehors des intervalles de confiance attendus des données des années précédentes.Plus préoccupant encore est le fait que le nombre réel de décès de jeunes hommes au cours de cette période est susceptible d’être nettement supérieur à celui enregistré. En effet, l’ONS estime qu’en raison des retards d’enregistrement, les décès enregistrés en moyenne au cours de la période ne représentent que 62 % des décès réels survenus. Tout décès dont la cause était incertaine aura été référé au coroner et ces décès peuvent prendre beaucoup de temps à être enregistrés. Le fait qu’un signal soit déjà évident dans les décès enregistrés est donc une grande préoccupation.Compte tenu de l’estimation de l’ONS, les 65 décès d’hommes en excès pourraient représenter 105 décès en excès de ces jeunes hommes, en supposant que la proportion de décès qui ont été référés au coroner est similaire aux années précédentes. S’il y a eu plus de renvois au coroner cette année, le chiffre pourrait être plus élevé.Depuis au moins le 13 octobre 2021, le secrétaire d’État et JCVI ont été sensibilisés à cette augmentation des décès masculins par leur représentation par le ministère public dans les procédures devant la Haute Cour. En outre, l’ONS a lui-même reconnu que davantage de travaux pourraient être entrepris pour examiner les taux de mortalité des jeunes en 2021 et a confirmé par écrit qu’il avait l’intention d’entreprendre ces travaux « lorsque des données plus fiables seront disponibles ».
    Il y a déjà des signaux de risqueL’incidence d’une mortalité plus élevée chez les jeunes hommes en 2021 coïncidant avec le déploiement des vaccins Covid-19 ne peut être considérée comme une coïncidence, car il y a déjà eu des signaux d’avertissement d’événements indésirables graves dans ce groupe d’âge. Pour cette raison, la décision de proposer le vaccin Covid-19 aux moins de 18 ans n’a pas été sans polémique.Le JCVI a précédemment refusé de recommander que les vaccins Covid-19 soient administrés à des enfants de 12 à 15 ans en bonne santé, car la balance bénéfice-risque n’était au mieux que marginale face au très faible risque pour les enfants de maladie grave ou de décès par Covid. -19 maladie, l’incertitude considérable des méfaits potentiels des vaccins Covid-19, les signaux connus de méfaits des vaccins déjà identifiés et l’absence de données de sécurité complètes et à long terme dans des circonstances où les vaccins ont été rapidement mis sur le marché, bien avant que les essais cliniques normaux de phase III utilisés pour évaluer la sécurité ne soient terminés. Le 3 septembre 2021, le JCVI a déclaré :« Dans l’ensemble, le comité est d’avis que les avantages de la vaccination sont légèrement supérieurs aux inconvénients potentiels connus (tableaux 1 à 4), mais reconnaît qu’il existe une incertitude considérable quant à l’ampleur des dommages potentiels. La marge de bénéfice, basée principalement sur une perspective de santé, est considérée comme trop petite pour soutenir des conseils sur un programme universel de vaccination d’enfants de 12 à 15 ans par ailleurs en bonne santé à l’heure actuelle. Au fur et à mesure que les données à plus long terme sur les effets indésirables potentiels s’accumulent, une plus grande certitude peut permettre un réexamen des avantages et des inconvénients. Ces données peuvent ne pas être disponibles avant plusieurs mois . »La décision du JCVI a été annulée par les quatre médecins-chefs d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Écosse et d’Irlande du Nord, non pas parce qu’ils ont constaté que les vaccins Covid-19 présentaient un avantage pour la santé des enfants, mais parce que, sur la base d’analyses de modélisation, ils ont conclu que le Covid-19 les vaccins étaient susceptibles de réduire les absences scolaires. Bien qu’empêcher théoriquement quelques jours d’absence pour des symptômes bénins de type rhume ne puisse jamais raisonnablement être considéré comme une justification à l’administration de vaccins aux effets à long terme inconnus, c’est la justification donnée pour la vaccination des enfants d’âge scolaire. Depuis lors, des données doivent avoir pu être obtenues et doivent avoir été recueillies et examinées pour déterminer si les vaccinations ont effectivement réduit les absences scolaires.
  • De plus, le 4 août 2021, le JCVI recommandait initialement une seule dose aux jeunes de 16 à 17 ans en bonne santé, reconnaissant qu’il y avait un risque accru chez les jeunes hommes de myocardite due aux vaccins Covid-19, en particulier après une deuxième dose, comme identifié par la FDA aux États-Unis et à partir de données émergeant en Israël. Il est à noter que lorsque, en novembre 2021, le JCVI a conseillé d’administrer une deuxième dose aux 16-17 ans, il l’a fait sans inclure de déclaration expresse selon laquelle il considérait que les avantages du vaccin Covid-19 l’emportaient sur les risques. dans ce groupe d’âge. Au lieu de cela, il a reconnu que les informations sur les risques à plus long terme (des mois à des années) de myocardite n’étaient pas claires et ne deviendraient disponibles qu’avec le temps.Le risque: bénéfice concernant le déploiement des vaccins aux moins de 18 ans avait été dit par le secrétaire d’État et ceux qui le conseillaient d’être finement équilibré. Plusieurs mois se sont écoulés et les données sur les décès enregistrés et les absences scolaires, ainsi que le risque réduit d’Omicron, doivent donner lieu de se demander si cet équilibre délicat a dû s’éloigner de la recommandation de vaccination chez les jeunes.
    Une enquête doit être menéeÀ la lumière de l’augmentation des décès chez les jeunes hommes et des problèmes de sécurité connus, une enquête doit être menée. Il n’est pas suggéré que l’augmentation observée de la mortalité prouve que les vaccins Covid-19 causent la mort, que ce soit par myocardite ou par un autre mécanisme, mais un lien ne peut être exclu. Le signal potentiel est suffisamment fort pour que des enquêtes urgentes commencent immédiatement pour écarter cette possibilité. Chaque destinataire de cette lettre a le devoir d’enquêter. Ce serait un grave manquement à son devoir de ne pas le faire.Le JCVI a le devoir permanent d’examiner régulièrement ses avis face à l’émergence de nouvelles données. Elle a expressément déclaré à plusieurs reprises que davantage de données étaient nécessaires ou attendues.La MHRA est chargée de la surveillance des vaccins en temps réel et a le devoir de surveiller les données du vaccin Covid-19 pour les signaux de sécurité. Il le fait par le biais du système de signalement des cartes jaunes, mais son rôle ne doit pas se limiter à un seul système de surveillance passive. Il est admis par le groupe de travail d’experts de la Commission sur les médicaments à usage humain, qui a été créé pour conseiller la MHRA sur sa stratégie de surveillance de l’innocuité des vaccins Covid-19, que la surveillance passive repose sur une personne qui soupçonne ou « établit un lien » entre le médicament ou le vaccin et une maladie inexpliquée, puis de la signaler, et qu’il est donc important que d’autres formes de vigilance soient incluses pour compléter le dispositif du carton jaune.Il ne fait donc aucun doute que la MHRA a le devoir d’enquêter sur l’incidence de la surmortalité chez les jeunes hommes dans les données détenues par l’ONS, que des rapports de carton jaune aient été soumis ou non.Le secrétaire d’État, en tant que responsable du programme de vaccination du gouvernement, a également le devoir primordial dans l’intérêt public de surveiller la sécurité et l’efficacité des vaccins Covid-19.Les données sont disponibles et peuvent être facilement examinéesCes préoccupations ne devraient pas être difficiles à investiguer. L’ONS a confirmé (à la Cour) qu’il est en mesure de fournir des données anonymisées précises, y compris le nombre de jours entre la vaccination et le décès. Aucune suggestion n’a été faite quant à la difficulté de recueillir ou d’analyser les données. Si, par exemple, les données révèlent une concentration de décès survenant peu de temps après la date de la vaccination, cela peut renforcer les inquiétudes d’un lien de causalité positif (par exemple selon les critères de Bradford Hill) et des enquêtes plus approfondies seraient justifiées. L’incidence plus élevée de la mortalité chez les enfants après la vaccination est une cause majeure de préoccupation et pourrait indiquer la nécessité d’interrompre immédiatement le programme de vaccination. Si aucune indication de lien de causalité n’est apparente, cela peut aider à rassurer le public quant à la sécurité des vaccins.
  • Bien que l’arrêt du programme de vaccination contre le Covid-19 chez les enfants soit ce qu’une contestation judiciaire de la Haute Cour a cherché à obtenir, jusqu’à présent, les tribunaux ont estimé que le déploiement massif aux moins de 18 ans était une décision politique du secrétaire d’État avec dans lequel le pouvoir judiciaire n’est pas en mesure d’intervenir. Ce point de vue de la cour, portant sur des principes juridiques particuliers de contrôle judiciaire, n’entrave en rien l’enquête que nous exigeons. En effet, l’honorable juge Jay a fait remarquer lors d’une audience, à laquelle le secrétaire d’État était représenté, qu’il s’attendait à ce que le JCVI « réclame les données » relatives à l’incidence des décès après la vaccination.
    Des informations ont déjà été demandées et promises par le secrétaire d’ÉtatCette demande d’information relative aux décès consécutifs à la vaccination n’est pas nouvelle. À plusieurs reprises, cette question a été soulevée à la Chambre des communes. Par exemple, le 25 mars 2021, en réponse aux questions de M. William Wragg MP et Sir Christopher Chope MP sur l’incidence des décès dans les trois semaines suivant la vaccination Covid-19, le secrétaire d’État de l’époque, Matt Hancock, a assuré au Parlement que c’était exactement le genre de chose qu’il envisageait et que s’il y avait des données non publiées, il envisagerait de les publier parce que le gouvernement voulait être complètement ouvert et transparent pour rassurer les gens sur le fait que les risques sont extrêmement faibles.Il est extrêmement inquiétant que les données concernant les décès suite à la vaccination contre le Covid-19 ne semblent pas avoir été collectées et analysées ou, si elles l’ont été, qu’il ait été décidé de ne pas les publier. Malheureusement, l’impression donnée n’est pas celle de la transparence, mais celle de la dissimulation de l’information. L’impact à long terme sur la confiance dans les élus et dans les organismes de réglementation qui les conseillent ne peut être sous-estimé. La signification potentielle des signaux de données qui émergent apparemment ne le peut pas non plus.Notre demande et demandeÀ la lumière de ce qui précède et en toutes circonstances, veuillez confirmer par retour ce qui suit :
    1. Que chacun d’entre vous enquêtera sur l’augmentation de la mortalité sur la période du 1er mai 2021 au 24 décembre 2021 (et au-delà) chez les jeunes hommes telle qu’enregistrée par l’ONS, afin de déterminer la raison de l’augmentation et si le lien de causalité avec le Covid- 19 vaccins peuvent raisonnablement être exclus.
    2. Quelles mesures ont été prises jusqu’à présent, le cas échéant, pour mener l’enquête requise et si une telle enquête a déjà commencé, veuillez confirmer quand cette enquête a commencé, quelle est sa portée, à quel stade elle est arrivée et quand elle doit être conclue. Si aucune mesure n’a encore été prise, veuillez expliquer pourquoi.
    3. Que vous chercherez maintenant à obtenir de l’ONS, sans délai, les données suivantes pour tous les décès âgés de 12 à 19 ans survenus le ou après le 1er mai 2021 à ce jour :a. Âge (que ce soit dans le groupe d’âge 12-15 ans ou 16-19 ans)
      b. Sexe
      c. Si l’individu a reçu la dose 1 d’un vaccin Covid-19 (et si Moderna ou Pfizer)
      d. Si l’individu a reçu la dose 2 d’un vaccin Covid-19 (et si Moderna ou Pfizer)
      e. Le cas échéant, le nombre de jours de décès après la dose 1 (si la dose 2 n’a pas été administrée) ou le nombre de jours de décès après la dose 2 (si administrée)
      1. Que le Secrétaire d’État publiera les données obtenues ou qu’il obtiendra que l’ONS publie ces données.
      2. Si vous avez conclu, et si oui quand, qu’un lien de causalité avec les vaccins Covid-19 peut être exclu ou considéré comme une possibilité négligeable, et sur quelle base.
      3. Ce que vous suggérez pourrait être l’explication de l’augmentation statistiquement significative des décès chez les jeunes hommes au cours de la période du 1er mai 2021 au 24 décembre 2021 autre qu’un lien de causalité possible avec les vaccins Covid-19 .
      4. Que vous fournirez les principales sources de preuves sur lesquelles vous vous appuyez, en ce qui concerne toute explication fournie, pour étayer et expliquer pourquoi cette augmentation n’a pas également été observée à d’autres périodes (par exemple, en 2020, lorsque la pandémie est survenue et lorsque les décès de jeunes hommes étaient inférieurs à la moyenne).
      Nonobstant le fait que nous n’acceptons pas que les données modélisées sur les absences aient pu justifier la décision de généraliser les vaccins aux enfants d’âge scolaire, veuillez également confirmer par retour :
      1. Que chacun d’entre vous prendra des mesures pour enquêter sur les données disponibles depuis la décision du 13 septembre 2021 suivant l’avis des médecins-chefs, quant à (a) le niveau des absences scolaires (b) si l’avantage modélisé d’éviter les absences scolaires a été atteint et (c) la mesure dans laquelle l’absence a été causée par chacun (i) de l’administration du programme de vaccination et (ii) des réactions indésirables au programme de vaccination.
      2. Quelles mesures ont été prises jusqu’à présent, le cas échéant, pour enquêter sur les données relatives aux absences scolaires depuis cette décision du 13 septembre 2021 et, si une telle enquête a déjà commencé, veuillez confirmer quand cette enquête a commencé, quelle est sa portée, à quel stade il a atteint et quand il doit être conclu. Si aucune mesure n’a encore été prise, veuillez expliquer pourquoi.
      Publication de donnéesNous ne voyons aucun obstacle à la publication des données demandées. L’ONS a fait part devant le tribunal de ses inquiétudes quant au fait que la publication des données demandées pourrait être révélatrice, en ce sens qu’elle permettrait d’identifier les personnes concernées lorsqu’elles sont associées à des reportages et à d’autres informations du domaine public. Cependant, nous ne comprenons pas comment cela serait possible, même conceptuellement, compte tenu de la nature généralisée des données demandées. On note également les données régionales et quotidiennes publiées par l’ONS concernant les décès liés au Covid-19.Aucun nom, donnée régionale, date de naissance ou date de décès n’est demandé. Avec l’aide de l’ONS, veuillez fournir un exemple afin que nous et le public puissions comprendre pourquoi les données demandées pourraient être retenues au motif qu’elles pourraient être divulguées.Urgence primordialeEnfin, le message actuel du gouvernement aux enfants reste « faites-vous vacciner ». Auparavant, c’était « chaque vie compte ». Si la probabilité d’un lien de causalité était établie entre l’augmentation de l’incidence des décès et les vaccins contre le Covid-19, ce serait une affaire des plus sérieuses. La mort d’un seul enfant à cause d’un vaccin Covid-19 serait une tragédie. Il va donc de soi qu’une enquête est de la plus haute urgence.On ne peut ignorer que 65 décès chez les jeunes hommes au-dessus de la moyenne normale des décès équivaut à 2 décès par semaine chaque semaine entre le 1er mai et le 24 décembre 2021. Compte tenu des 38 % de décès non enregistrés estimés, le chiffre réel pourrait être au moins 3 par semaine . Ceci, bien sûr, est uniquement pour le groupe d’âge 15-19 ans. Au cours de la même période, il n’y a eu que 2 décès enregistrés dans le même groupe d’âge enregistrés comme «impliquant» Covid.Nous attendons avec impatience votre réponse substantielle dès que possible et en tout état de cause dans les 7 jours.
    4. Cette lettre a été publiée ouvertement et nous espérons qu’elle sera largement partagée avec toute réponse.Cordialement,Dr Jonathan Engler, MBChB, LlB (hons), DipPharmMed et Dr Clare Craig, BM BCh FRCPathCoprésidents de HART (Health Advisory & Recovery Team, www.hartgroup.org )
      Signataires de HART :
      • Professeur Richard Ennos, MA, PhD. Professeur honoraire, Université d’Édimbourg
      • John Collis, inf., infirmier praticien spécialisé
      • Dr Elizabeth Evans, MA, MBBS, DRCOG, médecin à la retraite
      • Dr John Flack, BPharm, PhD. Directeur retraité de l’évaluation de la sécurité chez Beecham Pharmaceuticals 1980-1989 et vice-président principal pour la découverte de médicaments 1990-92 SmithKline Beecham
      • Dr Ali Haggett, Travail communautaire en santé mentale, 3e secteur, ancien maître de conférences en histoire de la médecine
      • M. Anthony Hinton, MBChB, FRCS, chirurgien ORL consultant, Londres
      • Dr Keith Johnson, BA, D.Phil (Oxon), consultant en propriété intellectuelle pour les tests de diagnostic
      • Dr Rosamond Jones, MD, FRCPCH, pédiatre consultant à la retraite
      • Dr Tanya Klymenko, PhD, FHEA, FIBMS, maître de conférences en sciences biomédicales
      • M. Malcolm Loudon, MB ChB, MD, FRCSEd, FRCS (Gen Surg), MIHM, VR. Chirurgien consultant
      • Dr Alan Mordue, MBChB, FFPH (retraité). Consultant retraité en médecine de santé publique et épidémiologie
      • Sue Parker Hall, CTA, MSc (Conseil & Supervision), MBACP, EMDR. Psychothérapeute
      • Rev Dr William JU Philip MB ChB, MRCP, BD, Senior Minister The Tron Church, Glasgow, ancien médecin spécialisé en cardiologie
      • Dr Gerry Quinn, PhD, microbiologiste
      • Dr Jon Rogers, MB ChB (Bristol), médecin généraliste à la retraite
      • Natalie Stephenson, BSc (Hons) Audiologiste pédiatrique
      • Autres signataires
        • Professeur Anthony J Brookes, professeur de génomique et de science des données de santé, Université de Leicester
        • Professeur Angus Dalgleish, MD, FRCP, FRACP, FRCPath, FMedSci, professeur d’oncologie, St George’s Hospital, Londres
        • Professeur John A Fairclough, BM BS, BMed Sci, FRCS, FFSEM (Royaume-Uni), professeur émérite, chirurgien orthopédique consultant honoraire
        • Professeur Martin Neil, BSc PhD, Professeur d’informatique et de statistique
        • Professeur Keith Willison, PhD, professeur de biologie chimique, Imperial, Londres
        • Lord Moonie, MBChB, MRCPsych, MFCM, MSc, House of Lords, ancien sous-secrétaire d’État parlementaire 2001-2003, ancien consultant en médecine de santé publique
        • Julie Annakin, inf., infirmière spécialisée en immunisation
        • Dr Michael Bazlinton, MBCHB MRCGP DCH
        • Dr David Bell, MBBS, PhD, FRCP (Royaume-Uni)
        • Dr Mark A Bell, MBChB, MRCP (Royaume-Uni), FRCEM, consultant en médecine d’urgence, Royaume-Uni
        • Dr Michael D Bell, MBChB, MRCGP, médecin généraliste à la retraite
        • Dr Alan Black, MBBS, MSc, DipPharmMed, médecin pharmaceutique à la retraite
        • Dr David Bramble, MBChB, MRCPsych, MD. Psychiatre consultant
        • Dre Emma Brierly, MBBS, MRCGP, médecin généraliste
        • Kim Bull, diplôme de base en sciences paramédicales, paramédic
        • Dr Elizabeth Burton, MB ChB, médecin généraliste à la retraite
        • Dr Peter Chan, BM, MRCS, MRCGP, PNL, Médecin généraliste, Praticien en médecine fonctionnelle, Formateur généraliste
        • Michael Cockayne MSc, PG Dip, SCPHNOH, BA, RN Praticien en santé au travail
        • M. Ian F Comaish, MA, BM BCh, FRCOphth, FRANZCO, Ophtalmologiste consultant
        • James Cook, infirmière autorisée du NHS, licence en sciences infirmières (avec distinction), maîtrise en santé publique (MPH)
        • Dr Zac Cox, BDS, LCPH, Dentiste
        • Dr David Critchley, BSc, PhD, 32 ans en R&D pharmaceutique en tant que chercheur clinique
        • Dr Damien Downing, MBBS, MRSB, médecin privé
        • M. Christian Duncan, MB BCh, BAO, MPhil, FRCSI, FRCS (Plast), Chirurgien Plasticien Consultant
        • Dr Chris Exley, PhD FRSB, professeur retraité en chimie bioinorganique
        • Dr Charles Forsyth, MBBS, BSEM, médecin indépendant
        • Dr Jenny Goodman, MA, MBChB, médecine écologique
        • Dr Catherine Hatton, MBChB, médecin généraliste
        • Dr Renee Hoenderkamp, ​​médecin généraliste
        • Dr Andrew Isaac, MB BCh, médecin, retraité
        • Dr Pauline Jones MB BS médecin généraliste à la retraite
        • Dr Charles Lane, biologiste moléculaire
        • Dr Branko Latinkic, BSc, PhD, biologiste moléculaire
        • Dr Theresa Lawrie, MBBCh, PhD, directrice, Evidence-Based Medicine Consultancy Ltd, Bath
        • Dr Jason Lester, MRCP, FRCR, oncologue clinicien consultant
        • Dr Felicity Lillingstone, IMD DHS PhD ANP, médecin, soins d’urgence, chercheur
        • Katherine MacGilchrist, BSc (Hons) Pharmacology, MSc Epidemiology, PDG, Systematic Review Director, Epidemica Ltd
        • Dr C Geoffrey Maidment, MD, FRCP, médecin consultant à la retraite
        • M. Ahmad K Malik, FRCS (Tr & Orth), Dip Med Sport, Consultant en traumatologie et chirurgien orthopédique
        • Dr Kulvinder S. Manik MBChB, MRCGP, MA(Cantab), LLM, Gray’s Inn
        • Dr Dee Marshall, MBBS, MFHom, médecine nutritionnelle
        • Dr Julie Maxwell, MBBCh, MRCPCH, Pédiatre communautaire spécialiste associé
        • Dr S McBride, BSc(Hons) Medical Microbiology & Immunobiology, MBBCh BAO, MSc in Clinical Gerontology, MRCP(UK), FRCEM, FRCP(Edinburgh). NHS Médecine d’urgence et gériatrie
        • M. Ian McDermott, MBBS, MS, FRCS(Tr&Orth), FFSEM(UK), Chirurgien orthopédiste consultant
        • Dr Niall McCrae RMN, PhD Chercheur en santé mentale et dirigeant du syndicat des travailleurs d’Angleterre
        • Dr Franziska Meuschel, MD, ND, PhD, LFHom, BSEM, médecine nutritionnelle, environnementale et intégrée
        • Dr Scott Mitchell, MBChB, MRCS, spécialiste associé, médecine d’urgence
        • Dr David Morris, MBChB, MRCP (Royaume-Uni), médecin généraliste
        • Dr Greta Mushet, psychiatre consultante à la retraite en psychothérapie. MBChB, MRCPsych
        • Dr Sarah Myhill, MBBS, Dip NM, médecin généraliste à la retraite, médecin naturopathe indépendant
        • Dr Christina Peers, MBBS, DRCOG, DFSRH, FFSRH, spécialiste de la ménopause
        • Anna Phillips, RSCN, BSc Hons, formatrice principale clinique Systèmes cliniques (soins intensifs pédiatriques)
        • Jessica Righart, BSc MSc, scientifique principale en soins intensifs
        • M. Angus Robertson, BSc, MB ChB, FRCSEd (Tr & Orth), Chirurgien orthopédique consultant
        • Dr Jessica Robinson, BSc(Hons), MBBS, MRCPsych, MFHom, Psychiatre, Docteur en médecine intégrative
        • M. James Royle, MBChB, FRCS, MMedEd, chirurgien colorectal
        • Dr Rohaan Seth, Bsc (Hons), MBChB (Hons), MRCGP, Médecin généraliste à la retraite
        • Dr Noel Thomas, MA, MBChB, DObsRCOG, DTM&H, MFHom, médecin à la retraite
        • Dr Julian Tompkins, MBChB, MRCGP, médecin généraliste, médecin généraliste PCME
        • Dr Livia Tossici-Bolt, PhD, scientifique clinique du NHS
        • Dr Helen Westwood, MBChB (Hons), MRCGP, DCH, DRCOG, médecin généraliste
        • Dr Carmen Wheatley, DPhil, oncologie orthomoléculaire
        • M. Lasantha Wijesinghe, FRCS, Chirurgien vasculaire consultant
        • Dr Ruth Wilde, MB BCh, MRCEM, AFMCP, Docteur en médecine intégrative et fonctionnelle
        • Dr Stefanie Williams, dermatologue
        • Gordon Wolffe, BDS (Hons), MSc, FDSRCS, consultant parodontiste (retraité), directeur du programme de maîtrise en parodontologie (retraité), Université de Nimègue, Pays-Bas.
        • Dre Holly Young, BSc, MBChB, MRCP, consultante en médecine de soins palliatifs

Le Média en 4-4-2.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close